retour sur une année qui se termine... (transition...)

Publié le par Evan

alors, je sais qu'il reste encore aujourd'hui et demain, mais bon, à un jour près, c'est pas si grave...

donc, voilà...

je commencais l'année 2015 avec un premier rdv endocrinologue, le 28/01, elle n'était pas apte à suivre des trans mais m'avait quand même donné un bilan hormonal à faire, donc c'était pas totalement inutile, mais si j'ai perdu 3 mois de temps... bref, c'est pas si grave, ce temps m'avait permis de réfléchir, faire mon bilan sanguin...et j'ai eu mon ordonnance pour l'androtardyl en avril... donc c'était bien, même si je n'ai démarré les injections qu'en juin...

j'ai revu mon psychiatre en juin puis plus régulièrement depuis fin août, ça me permet de sortir de chez moi même si, bon, parfois ça me gonfle de faire 3 quarts d'heure de route pour 20 minutes de consultation... mais ça le fait bouger de chez moi, hors boulot, et de voir du monde...

j'ai vu 2 fois le gynéco, puis eu mon opération (hystérectomie totale) mi décembre.

j'ai aussi rencontré le plasticien vedette pour les phallos, sauf que moi je l'ai rencontré pour voir pour une mammectomie.

donc là, ça a été une année un peu chargée, mais au final, je trouve que j'ai plutôt bien avancé, même si ça aurait pu aller beaucoup plus vite. j'ai donc pris ces pertes de temps entre 2 rdv pour bien réfléchir à ma transition, à savoir: est-ce que je continuais ou pas? est-ce que je me trouvais/sentais bien sur cette voie?

j'ai pu ainsi me construire des bases que j'estime solides. j'avance, j'évolue à mon rythme, et c'est le principal, que je sois à l'écoute de moi-même (pour une fois). j'estime maintenant vivre pour moi et même si c'est égoïste, tant pis. j'ai assez vécu pour les autres (famille et amis) et c'est ça qui a été une réelle perte de temps===> écouter les autres et vivre pour eux selon ce qu'eux ils veulent/pensent... résultat, même si je m'étais fait une promesse d'âge pour débuter ma transition, j'aurai pu démarrer bien plus tôt...

bref, je ressent le courage dont j'ai dû faire preuve pour faire face au jugement des gens, parce que même si ils ne le montrent pas, faut pas se leurrer, ils le pensent très fort. je sais que ma transition est loin d'être finie, mais j'en ai fait déjà la moitié, et je suis déjà fier d'en être arrivé là, même si j'ai vécu des périodes de doutes, de déprimes, de déceptions. je me suis à chaque fois relevé et j'ai continué ma route, j'ai tracé.

un an s'est écoulé, et je suis content d'être là, d'avoir pu traversé cette année de (re)construction avec juste quelques bleus à l'âme (vite guéris pour certains). et j'ai de plus en plus confiance en moi (tiens?! c'est étrange, moi? confiance? lol)

Commenter cet article